mon castel sur la tranche

Aujourd'hui c'est le 1er Mars, mais hier, un feu de cheminée m'a empêchée d'écrire ce billet. Me voici donc avec, pour vous, la recette du gâteau de mon enfance : le Castel. Il était aussi le préféré de ma grand-mère maternelle et peut-être aussi celui de maman, quand on considère que c'était un gâteau qui n'était pas fait maison, mais acheté. Vous vous doutez que c'est pour moi aussi un délicieux gâteau. Après avoir cherché et trouvé quelques recettes, j'ai décidé de m'y mettre, pour que ce soit "mon" gâteau d'anniversaire et avec ma propre recette. Mon blog a lui aussi, en ce mois de février 2017, eu un an de plus c'est pour cela que j'ai décidé de vous offrir ma recette. Pour commencer il faut préparer une crème au beurre pâlinée donc,j'ai donc choisi les plus belles noix ramassées au jardin et les ai décortiquées pour en récupérer les cerneaux.

noix décortiquées

Crème au beurre

Le Castel de mon enfance était préparé avec des noisettes j'ai choisi de parfumer ma crème au beurre d'un pralin aux noix

C'est donc le moment de préparer avec 80gr de sucre en poudre, à sec, un beau caramel foncé en veillant à ne pas le faire brûler et/ou fumer, ce qui lui donnerait un goût âcre, et le rendrait inutilisable. J'y ai jeté, en tournant rapidement pour bien les enrober les noix (80gr). puis étalé le mélange sur mon marbre (on peut utiliser un autre support), légèrement huilé en l'aplatissant à l'aide du rouleau à pâtisserie. Le tout bien refroidi, concassé, est passé au mixer jusqu'à obtension d'une belle pâte. Si vous n'y arrivez pas l'important est que ce soit le plus finement possible. Votre pralin est donc prêt. C'est le moment pour les beaux oeufs du poulailler (5 oeufs) d'entrer en scène : mis entiers dans un bol au bain marie avec 100gr de sucre en poudre. on les bat au fouet continuellement pendant environ 15 mn., le mélange a presque triplé , bien mousseux, on peut donc y adjoindre  le beurre ramolli (200gr) et enfin le prâlin (à peu près 150gr). Vous avez réussi une délicieuse et délicate crème au beurre, toute en légèreté et non écoeurante. Malheureusement, j'ai oublié de la photographier.

 

Dacquoises :

la crème mise à reposer au réfrigérateur, il est temps de faire ses dacquoises. Le four est à préchauffer à 120° chaleur tournante. Les blancs d'oeufs (6) et 2 c.à s. de sucre glace sont alors battus en meringue en ajoutant peu à peu 4 c.à s. de sucre en poudre et ce, jusqu'à avoir un mélange nacré et brillant qui fasse le fameux "bec" lorsqu'on retire le batteur. On y ajoute alors délicatement un mélange (100gr) de poudre d'amende (hélas achetée) et de noix concassées moins finement pour une texture plus intéressante en bouche. J'ai partagé cette meringue en deux. Après avoir tapissé deux plaques de four de papier de cuisson légèrement huilé et saupoudré de farine, j'ai dressé le plus régulièrement possible ma préparation en deux carrés d'environ 20cmx20cm) que j'ai laissés cuire doucement (45 mn.) après les avoir saupoudré de sucre glace et ce,  jusqu'à obtenir une couche légèrement dorée et croûtée 

Dressage :

 

castel maison

Une première plaque placée sur mon plat de service, j'ai étalé une première couche de crème au beurre en la lissant le plus soigneusement possible. La seconde meringue en place je l'ai elle aussi recouverte d'une couche de crème et enfin saupoudré largement de sucre glace. Le mieux eut été d'en recouvrir les côtés mais je n'en ai pas eu le temps. Je pense aussi la prochaine fois faire trois meringues. Fourrer les deux premières de la crème et garder la dernière pour la saupoudrer du sucre glace mais mon Castel a été à la hauteur de mon souvenir. Et l'on sait que pour égaler un souvenir d'enfance, ce n'est pas chose aisée !

castel maison